Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Facebook, vecteur puissant de malware sur smartphone

Edition du 12/01/2011 - par Jacques Cheminat avec IDG News Service

Un consultant senior chez Sophos, Graham Cluley est d’accord avec une étude de BitDefender qui indique que Facebook est de plus en plus un vecteur d’attaque des logiciels malveillants sur les smartphones. L’éditeur d’anti-virus Sophos précise par ailleurs que les téléphones Android sont souvent les cibles les plus faciles.

« L’iPhone fonctionne dans un environnement plus contrôlé et le modèle de sécurité de BlackBerry est assez fort. Android fonctionne lui dans un environnement plus ouvert et donc plus exposé aux attaques, » explique Graham Cluley lors d’un entretien à nos confrères d’IDG NS. Étant donné la popularité croissante des téléphones Android dans l’entreprise, le consultant alerte les responsables IT sur les potentiels risques. Les logiciels malveillants sont transmis sur les téléphones via des messages Facebook qui sont en fait du spam très élaboré. Un rapport de Sophos sur les menaces qui doit sortir la semaine prochaine met en avant ce type de risques provenant du site de réseau social. « Le spam est un élément incontournable, mais les motivations et les méthodes changent et se perfectionnent pour tirer plus de bénéfices pour les spammeurs, » indique Graham Cluley.

Un diffuseur puissant sur mobile

Récemment, BitDefender a publié un rapport avertissant que Facebook est devenu la plus grande menace pour les malware mobile. L’éditeur s’appuie sur des statistiques de Google révélant que près d’un quart des utilisateurs de Facebook ont eu une tentative de scam sur le réseau social depuis leur téléphone portable. Pour des besoins de tests, le spécialiste de la sécurité a étudié une URL portant sur le statut sur Facebook d’une jeune fille qui s’est fait exclure de son école. Elle a généré 28 672 clics, dont 24% provenait de mobiles. Les internautes qui ont cliqué sur le lien - que ce soit depuis leur PC ou leur appareil mobile - ont téléchargé un ver. George Petre, responsable Threat Intelligence chez BitDefender explique « lorsque les chercheurs en matière de sécurité se concentrent sur la recherche de logiciels malveillants spécialement conçus pour les plateformes mobiles, ils perdent de vue une source importante de la diffusion les réseaux sociaux ».

Source : lemondeinformatique