Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Alertes Sécurité »

Sony laisse filer 2 000 données supplémentaires dans la nature

Les noms, adresses électroniques et mots de passe de quelque 2 000 utilisateurs du site canadien de Sony Ericsson ont été subtilisés, a indiqué un porte-parole de Sony. Selon le firme aucune coordonnée bancaire n’a cette fois été dérobée.

Edition du 25/05/2011 - par IDG News Service/ Véronique Arène

Sony est une nouvelle fois victime de piratage. Depuis le mois d’avril, le constructeur Japonais est la cible d’une série d’attaques sur PSN, sur son site de vidéos Sony Online Entertainment (SOE), sur son service Internet So-Net, ainsi que sur l’un de ces sites thaïlandais. Sans compter des actes de piraterie sur Sony BMG Japan et sur Sony BMG Grèce. Cette fois, le groupe a confirmé que quelqu’un avait piraté le site web canadien de l’entreprise commune Sony Ericsson et dérobé environ 2 000 noms et adresses mails d’utilisateurs. Près de 1 000 de ces données ont déjà été mises en ligne sur un site underground par un hacker se faisant appeler « Idahc ». Celui-ci a utilisé une méthode de programmation.

« Les hackers ont eu accès aux données d’environ 2 000 clients, à leurs noms et adresses électroniques, ainsi qu’à une version partielle de leurs mots de passe », a confirmé Ivette Lopez Sisniega, porte-parole de Sony Ericsson Mobile Communications. Dans un e-mail, elle a également précisé que Sony Ericsson avait désactivé le site en question. « Nous pouvons confirmer qu’il s’agit d’un site web autonome et qu’il n’est pas connecté aux serveurs de Sony Ericsson », a t-elle ajouté. La porte-parole a également assuré qu’ aucune information bancaire n’avait été dérobée.

Sony, désinvolte sur la sécurité de ses sites

Au cours des derniers mois Sony avait soulevé la colère de la communauté des hackers en poursuivant George Hotz, un passionné de piratage très respecté, qui avait trouvé un moyen pour débloquer des commandes de la PS3. Il y a quelques jours, Sony avait indiqué que le piratage de la PSN lui coûterait la bagatelle de 170 M$.« Ces problèmes continuels de piraterie reflètent une attitude cavalière de Sony envers la sécurité informatique », déplore Scott Borg, directeur général de l’US Cyber Consequences Unit, une société d’études spécialisée dans que les cyber-attaques dont le siège est situé à Washington. Pour lui, la conclusion évidente est que les dirigeants de la firme sont tout simplement incapables de gérer la sécurité de leurs sites.

Source : lemondeinformatique