Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Kroll Ontrack, une histoire de la récupération de données

Edition du 05/09/2011

Disque dur cassé ou en panne, environnement virtualisé endommagé, la perte de données sur des systèmes de stockage est une hantise pour beaucoup de DSI. Une société, Kroll Ontrack s’est spécialisée dans ce domaine et nous a ouvert les portes de son laboratoire à Verrières les Buissons.

C’est dans un cadre bucolique que se trouve Kroll Ontrack. Cette société d’origine américaine a vu le jour en 1985 et a ouvert son bureau Français en 1998 à Verrières le Buisson. Le coeur de métier de Kroll Ontrack est la récupération de données sur n’importe quel support de stockage physique, mais aussi sur des environnements virtuels. Paul Dujancourt , PDG France, « nous nous adressons aux entreprises avec un service client ouvert toute l’année et en 24/24, car dans le cadre de pertes de données, la réactivité est un élément très important ».

Les bureaux français comprennent un laboratoire que le dirigeant nous fait visiter. Le dirigeant explique « nous intervenons sur différents systèmes de stockage allant du disque dur, au SSD, à la clé USB et des bandes magnétiques. Les causes de pertes de données sont variées virus, catastrophes naturelles, mais surtout et de plus en plus des erreurs humaines et des pannes matérielles ». Plusieurs options sont possibles, le diagnostic et la réparation peuvent se faire à distance via un logiciel EasyRecovery. Dans le laboratoire, les supports envoyés par les entreprises clientes sont d’abord doublement étiquettés pour éviter des risques d’inversion, la hantise de Paul Dujancourt. Ensuite, un fichier image des données est créé grâce à un logiciel conçu par Kroll Ontrack. « Il faut faire très vite, car le support peut tomber définitivement en panne et il est alors très dur de faire quelque chose », souligne le responsable.

Pannes physiques et techniques

En cas de pannes techniques ou de dommages, les ingénieurs les démontent sur une table sans poussière (avec de l’air pulsé) et tente de réparer et de le faire redémarrer pour travailler sur les données. Parfois les dommages peuvent être spectaculaires comme dans un incendie ou dans la mer « nous avons eu le cas d’un disque dur plongé dans la mer depuis un certain temps. Nous avons été obligés de le passer dans plusieurs bains pour éliminer le sel et les organismes vivants qui se sont développés pour travailler sur les données [NDLR, il s’agissait d’une demande judiciaire, Kroll onTrack dispose d’une activité Forensic sur ce sujet]. Il s’agit d’un processus très long et très coûteux. On découvre parfois des choses surprenantes comme une fourmi sur une tête de lecture » se rappelle Paul Dujancourt.


Intervention sur disque dur

Autre souci, trouver les mêmes supports pour des pièces détachées ou même connaître des spécifications précises « nous disposons entre les différents laboratoires d’un catalogue de produits qui permet d’obtenir des supports particuliers » et d’ajouter « les constructeurs de disque dur par exemple modifient leurs spécificités en cas de vente OEM, il faut savoir s’adapter et trouver la bonne solution ». Le chiffrement des données pourrait être un obstacle, mais Paul Dujancourt est intraitable « il faut que le client nous donne la clé ou bien alors nous lui fournissons les données récupérées cryptées pour qu’ils puissent les déchiffrer lui-même ».

Et le cloud ?

Et le cloud, avec la virtualisation des capacités de stockage, le métier de Kroll onTrack pourrait disparaître. Il semble que cela ne soit pas le cas « nous intervenons sur les environnements virtuels. Il faut comprendre que derrière les offres cloud et de virtualisation, il y a des supports physiques » précise Paul Dujancourt. Il cite ainsi en exemple une entreprise de logistique qui a formaté une LUN de 600 Go et a créé une machine virtuelle sur le volume. Une récupération à distance a été privilégiée et les ingénieurs ont reconstruit le système de fichier VMFS en récupérant l’ensemble des 300 fichiers du volume d’origine. Au total plus de 448 Go ont été reconstruits. Le dirigeant de Kroll Ontrack se veut donc confiant sur l’avenir de la société à l’heure où le cloud pose des questions sur la pérennité des données. Il n’exclut pas un jour de signer des partenariats avec les grands fournisseurs de cloud.

Illustration : Salles blanches

Crédit Photo : Kroll onTrack

Tarification

Selon Antoine Valette, directeur marketing de Kroll onTrack France "L’analyse pour un disque de bureautique s’élève à 99 € HT (118,40 € TTC). L’analyse fournit la liste des fichiers récupérables avec un indice de qualité. Le coût de la récupération (engagée uniquement sur décision du client après consultation de l’analyse) est compris entre 995 et 1800 € HT, le devis final étant fonction de la complexité de la récupération. Le coût moyen constaté est de 1 200 € HT."

Et pour les systèmes virtuels ? " le tarif est basé sur la complexité du système ; il est défini selon plusieurs critères : nombre de machines virtuelles, nombre de LUN, s’il y a des bases de données, taille des bases de données... Le tarif varie ainsi fortement d’un environnement à l’autre. En fourchette basse, il peut être proche d’une récupération assez simple pour un environnement virtuel monté sur une station de travail et correspondre, en fourchette haute, à l’équivalent de la prestation de 10 personnes à temps plein pendant 6 semaines (cas du système virtuel le plus complexe récupéré à ce jour par Kroll Ontrack)." conclut le directeur marketing.

Article de Jacques Cheminat

Source : lemondeinformatique