Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Les Anonymous font plier un cartel de drogue mexicain

Edition du 07/11/2011

Le collectif de hackers Anonymous avait engagé une épreuve de force contre Los Zetas, un cartel de dogue mexicain. Ce dernier avait enlevé un hacker et devant le risque d’une cyber-attaque massive l’organisation criminelle a préféré le libérer. Une affaire qui divise le mouvement et pose quelques questions de véracité.

Il y a quelques semaines, les Anonymous partaient en guerre contre un cartel de drogue mexicain, Los Zetas, pour libérer un des leurs retenus enlevés par l’organisation mafieuse. Pour cela, le collectif de pirates avait menacé le cartel de divulguer des informations (25 000 courriels) montrant et désignant des personnes au sein des institutions mexicaines liées au syndicat criminel. « L’opération Cartel » était prévu le 5 novembre dernier, mais elle a été suspendue car le 3 novembre, un message posté sur le blog Anonymous IberoAmerica expliquait, « en ce jour, notre ami Anonymous retenu par le cartel Zetas a été libéré » et d’ajouter « nous avons pris grand soin de vérifier son identité par des contacts avec ses pairs et des amis et nous pouvons dire que, même s’il a souffert, il est bien vivant ».

Le porte-parole fait cavalier seul et interrogations sur la victime

Après l’annonce de la libération du pirate, Barrett Brown, porte-parole auto-désigné d’Anonymous, a provoqué des remous au sein du collectif en déclarant qu’il allait communiquer quand même les informations sur le cartel Los Zetas, ainsi que sur d’autres organisations mafieuses contenues dans les quelques 25 000 courriels. Barret Brown a cependant suspendu ses velléités quand il a su que les Los Zetas avaient libéré le pirate et portait sur lui une note indiquant qu’à chaque nom dévoilé, le cartel tuerait 10 personnes. « Néanmoins, plusieurs des 25 000 e-mails ont été envoyés à Der Spiegel pour confirmation ».

Par ailleurs, les Anonymous ont alimenté les interrogations sur le peu d’informations concernant la victime. Certains spécialistes étaient sceptiques sur la pertinence des informations présentées par le collectif souvent contradictoires. À plusieurs reprises, les Anonymous ont promis de donner plus d’informations sur la personne enlevée, mais jusqu’ici, rien n’a été fait. « Nous n’avons pas suffisamment d’éléments à ce stade pour en tirer une conclusion » souligne Fred Burton, analyste chez Stratfor, un cabinet de renseignement privé.

Article de Jacques Cheminat avec IDG NS

Source : lemondeinformatique