Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Google protège son trafic HTTPS des attaques à venir

Edition du 24/11/2011

Les services de Google sécurisés en mode HTTPS utilisent désormais une technique de chiffrement différente pour se prémunir des attaques à venir qui pourraient rétrospectivement venir déchiffrer l’actuel trafic.

Google prend les devants. Il a modifié la méthode de chiffrement utilisée par ses services https, parmi lesquels se trouvent la messagerie Gmail, le traitement de texte en ligne Docs et le réseau social Google+, lancé fin juin. Le but est d’empêcher que le trafic qui transite actuellement sur ces services puisse être déchiffrés ultérieurement lorsque des avancées technologiques rendront cette manipulation possible.

Aujourd’hui, la majorité des services mettant en oeuvre https se servent d’une clé privée, connue seulement du propriétaire du domaine, pour générer des clés de session qui sont ensuite utilisées pour chiffrer le trafic entre les serveurs et leurs clients. Cette approche expose potentiellement les connexions en cas d’attaques ultérieures. « Dans dix ans, quand les ordinateurs seront beaucoup plus rapides, un adversaire pourrait casser la clé privée du serveur et rétrospectivement déchiffrer le trafic e-mail envoyé aujourd’hui », explique Adam Langley, l’un des membres de l’équipe de sécurité de Google, sur un blog officiel.

forward secrecy à l’oeuvre

Pour prévenir ce risque, assez faible mais néanmoins réel, Google permet d’utiliser par défaut la propriété de codage forward secrecy (ou PFS, perfect forward secrecy), qui implique de recourir à différentes clés privés pour chiffrer des sessions et de les détruire après un certain temps. De cette façon, un attaquant qui a réussi à casser ou à voler une seule clé ne sera pas en mesure de récupérer suffisamment de trafic e-mail sur une période couvrant plusieurs mois d’activité, indique Adam Langley. Il fait remarquer que même l’administrateur serveur ne pourra pas déchiffrer le trafic HTTPS rétroactivement.

Puisque SSL n’était pas conçu pour supporter des mécanismes d’échange de clé capable de mettre en oeuvre par défaut la propriété forward secrecy, les ingénieurs de Google ont dû mettre au point une extension pour la boîte à outils OpenSSL. C’est intégré à la version 1.0.1 d’OpenSSL qui n’a pas encore été publiée dans une version stable.

Supporté seulement par Firefox et Chrome

La nouvelle mise en oeuvre de Google HTTPS utilise ECHDHE_RSA comme clé d’échange et l’algorithme RC4_128 pour le chiffrement. Malheureusement, cette combinaison n’est supportée que dans les navigateurs Firefox et Chrome pour le moment, ce qui signifie que les connexions HTTPS sur Internet Explorer ne profiteront pas de cette fonction complémentaire de sécurité.

Ce n’est pas nécessairement un problème avec IE qui supporte en revanche la combinaison clé d’échange EDH (Ephemeral Diffie—Hellman) et RC4. EDH apporte aussi la propriété forward secrecy, mais Google a préféré ECDHE (Elliptic curve Diffie-Hellman) pour des raisons de performances.

La société de Larry Page prévoit d’ajouter le support d’IE à l’avenir et espère que son exemple encouragera d’autres fournisseurs de services utilisant HTTPS à mettre en oeuvre forward secrecy afin que cette propriété puisse un jour devenir la norme pour le chiffrement du trafic en ligne.

Article de M.G. avec IDG News Service

Source : lemondeinformatique.fr