Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Alertes Sécurité »

Les enfants, cibles privilégiées des pirates sur Internet

Edition du 16/01/2012

Les sites web pour enfants proposants des jeux et des activités ludiques sont devenus les chevaux de Troie des pirates informatiques pour infecter les PC des parents selon une étude de l’éditeur de solutions antivirus Avast Software.

Des sites a priori inoffensifs comme ceux consacrés à des jeux en ligne pour enfants figurent parmi les plus infectés de virus, selon une étude de l’éditeur de solutions antivirus Avast Software. Ses laboratoires ont détecté plus de 60 sites de ce type infectés au cours des 30 derniers jours, contenant tous les mots clés "jeu" ou "arcade" dans leur adresse internet.

Parmi ces plateformes destinées aux enfants, le site infecté le plus visité est Cutearcade.com, qui regroupe de nombreux jeux et coloriages consacrés à Hello Kitty ou encore Dora l’exploratrice. Plus de 12 600 signalements d’infection ont été remontés depuis Avast ! par les utilisateurs de l’antivirus en quelques jours. Cette infection prend la forme d’un cheval de Troie et redirige les internautes vers un site diffusant des logiciels malveillants.


Les enfants, porte d’entrée des malwares

Ondrej Vlcek, directeur des laboratoires Avast Software explique pourquoi les pirates privilégient ce type de site :"Ces différents jeux entraînent un certain nombre de clics. Les enfants, qui ne savent pas vraiment sur quoi ils appuient, ne sont pas conscients des éventuels risques et des conséquences. Cela rend leur ordinateur, ou celui de leurs parents, très sensible aux logiciels malveillants."

La plupart de ces sites semblent légitimes, alors que certains ont été spécialement conçus pour diffuser des logiciels malveillants. Avast Software recense parmi les sites les plus infectés Cutearcade.com, Hiddenninjagames.com, Territoriogamers.com, 1st-kidsgames.com, Gamesbox.com, Jeux.com et Coolespiele.com. Seule une solution antivirus mise à jour peut préserver les ordinateurs de ces attaques.

Article de Relaxnews

Source : lemondeinformatique.fr