Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Alertes Sécurité »

Les mobiles augmentent les problèmes de sécurité dans les entreprises

Edition du 30/01/2012

Plus de 70% des entreprises estiment que l’utilisation de terminaux mobiles personnels accroît les problèmes de sécurité de leur entreprise selon une étude de Check Point.

Les avantages liés à l’utilisation de terminaux mobiles en termes de flexibilité et de productivité en font des outils de mieux en mieux acceptés par les entreprises. Néanmoins, ils posent de gros défis aux responsables IT en termes de sécurité.

Selon une étude réalisée auprès de 768 responsables IT en Amérique du Nord, Grande-Bretagne, Allemagne et Japon par la compagnie Check Point Technology, spécialisée dans les solutions de sécurité, le nombre de terminaux mobiles personnels se connectant aux réseaux d’entreprise a plus que doublé en l’espace de deux ans.

Android, l’OS le moins sûr Ainsi, 94% des entreprises rapportent que des terminaux mobiles personnels sont utilisés pour accéder au réseau de l’entreprise. Les terminaux de Apple (30%) et Blackberry (29%) sont les plus fréquemment utilisés, suivis par Android (21%). 43% des personnes interrogées estiment qu’Android est l’OS qui comporte le plus de failles sécuritaires.

Au total, 71% des entreprises interrogées estiment que leurs problèmes de sécurité ont augmenté en raison de l’utilisation de terminaux mobiles et s’inquiètent de la sécurisation de données sensibles, comme les emails professionnels (79%) et les données clients (47%).

Méconnaissance des règles de sécurité Concernant les facteurs de risques identifiés, la majorité des spécialistes interrogés met en avant le manque de compréhension des collaborateurs face aux règles de sécurité à observer. Les autres facteurs de risques mentionnés comprennent les navigateurs web mobiles, les connexions WiFi, les terminaux perdus ou volés et le téléchargement d’applications mobiles nuisibles. « Au vu de ces résultats, il apparaît clairement qu’une stratégie de sécurité efficace doit se concentrer sur l’information aux collaborateurs en termes de règles de sécurité », analyse Christian Fahlke, Country Manager pour la Suisse et l’Autriche au sein de Check Point.

Article de Tania Séverin / ICT Journal.ch

Source :lemondeinformatique.fr