Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Microsoft : Une bataille de serveurs

Microsoft poursuit une stratégie de rationalisation du
processus applicatif via sa plate-forme Windows Azure.
Mais s’il souhaite prendre l’ascendant sur VMware, il ne
peut pas ignorer la virtualisation de serveurs ou
l’infrastructure VDI.


La virtualisation vue par Microsoft


Microsoft compte bien faire savoir qu’il s’intéresse de près à la virtualisation et il maîtrise son sujet : la virtualisation permet de tailler dans les dépenses informatiques, compense les coûts de déploiement de Windows et constitue un tremplin vers le cloud. Pas étonnant que cette fonctionnalité soit fournie avec Windows Server 2008.

Microsoft souhaite également attirer l’attention sur les avantages de la virtualisation : consolidation des serveurs, meilleure continuité de l’activité, application de correctifs hors ligne, provisioning et mises à jour. Il désire aussi mettre en avant la possibilité d’intégrer ces fonctions complexes au cloud avec Windows Azure, sa plate-forme de cloud public axée sur un paiement à l’utilisation.

Avec Windows Azure, les utilisateurs peuvent, sans virtualisation préalable, développer, exécuter et répliquer leurs applications via l’approche PaaS (Platform as a Service) dans les centres de données Microsoft du monde entier. L’éditeur ne vise pas la consolidation de serveurs, mais plutôt leur élimination.

Selon Dave Bartoletti, analyste senior au sein de Taneja Group, la réussite sur le cloud est exclusivement une histoire d’applications et, pour l’heure, Windows Azure devance VMware dans ce domaine.

« Je pense que Microsoft essaie de faire évoluer la vision de la virtualisation d’une technologie d’infrastructure vers un moyen tout simple de faciliter la fourniture d’applications », explique Bartoletti. « Je crois que cela les ramène vers leurs points forts. Les applications constituent en effet le domaine dans lequel s’exerce l’ascendant de Microsoft. »

Pour étayer le propos, il fait remarquer qu’au moment d’acheter un PC neuf, de nombreuses personnes sont confrontées à une réflexion intérieure. Elles peuvent choisir de recréer l’ensemble clé d’applications Microsoft qu’elles apprécient, suivre une nouvelle voie avec Google Apps et Gmail au lieu d’Exchange, voire saisir l’occasion pour adopter une infrastructure ou une approche PaaS auprès d’un éditeur tel que Salesforce.com Inc.

« Microsoft souhaite mettre un terme à ce type de réflexion » explique Bartoletti. « Sa volonté est de faire en sorte que la pile d’applications Microsoft standard soit facile à fournir à partir de n’importe quel emplacement et soit le plus possible orientée vers le cloud. »

Source :

itpro.fr