Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

L’Icann garde le contrôle sur la racine de l’Internet

L’Icann, en charge du contrôle de la racine de l’Internet depuis 1999, va conserver ce rôle pendant 7 ans encore.

La National Telecommunicatons and Information Administration (NTIA) américaine, chargée de conseiller le Président américain sur les questions de télécommunications et d’information, a renouvelé le mandat de l’Icann pour gérer l’attribution des adresses IP et la gestion des domaines de premier niveau jusqu’en septembre 2015, comme l’a annoncé l’agence gouvernementale. Parmi les postulants figuraient aussi l’association d’anciens combattants Wounded Warrior Veterans Directory, USA Webhost, une entreprise informatique du nom de Material Integration Inc. et le groupe Network Speciality Group. Après avoir étudié, depuis le mois mars, les propositions des différents prétendants pour la gestion des fonctions de l’Internet Assigned Numbers Authority (IANA), la NTIA a finalement décidé que l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann) continuerait à gérer la racine de l’Internet.

Gestion et délégation des TLD

L’IANA a un rôle technique essentiel dans la gestion du Domain Name System (DNS), ce répertoire d’adresses sous-jacent sans lequel l’Internet ne peut fonctionner. « C’est le DNS qui permet de relier les adresses IP aux adresses URL des sites web », comme l’a rappelé la NTIA. Depuis 1999, l’Icann gère ces fonctions de l’IANA. Ce rôle inclut l’attribution des codes pays et des codes génériques de premier niveau (TLD), mais aussi la gestion du DNS Root Zone, c’est à dire le DNS de l’Internet de plus haut niveau.

La zone racine du DNS est sans doute la partie la plus importante de l’Internet. Le fait d’attribuer le contrôle de cet élément vital de l’Internet à une entreprise américaine, désignée par le gouvernement américain, suscite depuis longtemps la critique. Plusieurs fois, certains ont demandé à ce que le processus d’attiribution soit plus ouvert et que les fonctions de contrôle de l’IANA soient déléguées à un organisme plus international. Les entreprises non-américaines ne sont pas autorisées à postuler pour cette fonction. Même la Commission européenne a fait part de son mécontentement lorsque le nouvel appel d’offre a été lancé. « Le nouveau contrat pour la gestion de l’IANA couvre la période comprise entre octobre prochain et septembre 2015 », a confirmé l’organisme officiel. Cette période pourra étre étendue pour un maximum de sept ans. « C’est la première fois que l’Icann gagne un contrat aussi long pour la gestion de l’IANA », a déclaré l’organisme dans un communiqué de presse, qui interprète ce choix comme une certaine reconnaissance.

Source : www.lemondeinformatique.fr