Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

GoDaddy à nouveau accessible après une attaque revendiquée par un Anonymous

Un membre d’Anonymous, @AnonymousOwn3r , aurait réussi à bloquer les services de GoDaddy, le principal gestionnaire de noms de domaine américain.


Depuis hier, GoDaddy a commencé à restaurer ses services après la grave panne qui a affecté de nombreux sites hébergés ou simplement enregistrés auprès du fournisseur. « Nous y travaillons encore, mais nous nous rapprochons de la normale », a déclaré via Twitter le service d’hébergement Internet et de messagerie, spécialisé dans la gestion de noms de domaine, qui remercie aussi ses clients pour leur patience et leur compréhension. GoDaddy a précisé également qu’aucunes données personnelles, comme des numéros de cartes de crédit, des mots de passe ou autres informations privées n’avaient été compromises.

Dans un premier temps, une vidéo postée sur YouTube semblait revendiquer l’attaque au nom du groupe de pirates des Anonymous. Mais finalement, seul un membre du collectif, identifié comme @AnonymousOwn3r, s’est dit à l’origine de la panne. Celui-ci a justifié son action en déclarant que le soutien apporté à un moment donné par GoDaddy au Stop Online Piracy Act (ACT) contribuait aux des efforts accomplis par le gouvernement des États-Unis « pour censurer et contrôler l’Internet ». Mais, depuis, GoDaddy avait revu sa position.

Une panne d’une dizaine d’heures

Les utilisateurs ont commencé à remarquer des difficultés lundi en fin de matinée (côte Est des États-Unis). Les clients qui avaient des comptes de messagerie et des sites web hébergés chez GoDaddy ont pu constater la panne, et plusieurs utilisateurs qui avaient simplement enregistré leurs noms de domaine chez GoDaddy se sont rendus compte que leurs sites, hébergés chez un autre fournisseur, étaient aussi affectés. Selon Elizabeth L. Driscoll, vice-présidente des relations publiques de GoDaddy, la panne a débuté vers 10 heures 25 (heure du Pacifique), et les services de la majeure partie des clients concernés ont été restaurés à 14h43.

Apparemment, l’attaque a affecté les serveurs DNS de GoDaddy, chargés de rediriger les navigateurs vers la bonne adresse IP quand un nom de domaine est demandé. « Quand on essayait d’aller sur un site enregistré chez GoDaddy, un message indiquait : « La requête ping n’a pas pu accéder à l’hôte ». Le site GoDaddy.com avait lui-même été déconnecté. « L’hébergeur a temporairement redirigé son trafic DNS depuis GoDaddy.com vers VeriSign, un autre registraire de noms de domaine de premier niveau qui gère les.com et .net » a encore expliqué la vice-présidente des relations publiques de GoDaddy. Netcraft, une entreprise de sécurité et de surveillance de l’Internet, basée à Bath, en Angleterre, a confirmé que le domaine GoDaddy.com était hors ligne lundi après-midi pendant quelques heures, mais semblait se remettre en route.

Un trafic revenu à la normale

À travers l’Internet, la réaction a été immédiate. « Salut@GoDaddy. Comme c’est le cas pour tous ceux qui vous ont choisi comme hébergeur, notre site est en panne. Remettez tout en route maintenant s’il vous plaît. Bye et merci », déclarait CouponPuppet.com dans un message Twitter. Quant à @AnonymousOwn3r, qui a revendiqué l’attaque en son nom personnel, il a suscité soit l’admiration soit la colère. Selon Elizabeth L. Driscoll, « les services de GoDaddy sont désormais revenus à la normale et le trafic DNS n’est plus redirigé vers VeriSign ». Ajoutant que « grâce à cette redirection, nous avons pu permettre à nos clients de gérer à nouveau leurs comptes, pendant que nous travaillions à restaurer nos services. Nous remercions Verisign pour leur aide ».

GoDaddy est un des plus grands registraires de noms de domaine au niveau mondial. Le service gère plus de 48 millions de noms de domaine et fournit plus de 9,3 millions de clients. Le fournisseur de service devrait refaire un point sur la situation dans les prochaines 24 heures."

Jusqu’à présent les tentatives pour entrer en contact avec @AnonymousOwn3r n’ont rien donné.

Source : lemondeinformatique.fr