Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Vol de données confidentielles : AMD obtient une injonction temporaire contre 4 anciens salariés

Un tribunal du Massachusetts a émis une injonction temporaire contre quatre anciens employés AMD, dont trois sont soupçonnés d’avoir quitté l’entreprise avec des documents confidentiels et des secrets commerciaux avant de rejoindre leur nouvel employeur, Nvidia.

AMD a déclaré dans une plainte déposée lundi qu’il détenait la preuve que trois de ses anciens employés - Robert Feldstein, Manoo Desai, et Nicolas Kociuk - avaient copié sur des supports de stockage externes des fichiers et des informations secrètes les jours qui ont précédé leur départ du fabricant de puces, à commencer par Robert Feldstein, qui a démissionné en juillet de l’année dernière. Le quatrième employé, Richard Hagen, également recruté par Nvidia, a été accusé, comme deux autres salariés du fondeur, d’avoir incité des employés d’AMD à quitter leur emploi, en violation avec les règles de l’entreprise.

Timothy S. Hillman, le juge du tribunal du Massachusetts, a interdit à trois anciens salariés d’AMD, entre autres, d’utiliser ou de divulguer des renseignements confidentiels concernant leur ancien employeur. Certains d’entre eux ont également été priés de s’abstenir d’inciter, directement ou indirectement, les employés AMD à quitter leur emploi. Les quatre salariés mis en cause travaillaient à l’usine de Boxborough d’AMD basée dans le Massachusetts. « Nicolas Kociuk doit bientôt rejoindre Nvidia, mais les autres y travaillent déjà », a déclaré AMD.

Plus de 100 000 documents copiés

Le concepteur de puces soupçonne ses quatre anciens salariés d’avoir eu accès à ses secrets commerciaux et à des informations confidentielles. La plainte mentionne plus de 100 000 documents électroniques dans lesquels figurent « de manière évidente des informations hautement confidentielles, dont des documents secrets en rapport avec le développement technologique et/ou la stratégie de l’entreprise ». Trois dossiers hautement confidentiels, dont deux relatifs à des accords de licence avec des clients importants, et un document définissant des « pistes pour des licences stratégiques d’AMD » auraient également été copiés.

L’ordonnance ex parte, prononcée en l’absence de la partie adverse, expirera le 28 janvier. Les parties pourront être entendues par le juge jusqu’à cette date. Celui-ci se prononcera ensuite sur l’injonction préliminaire de réparation demandée par AMD. Les salariés mis en cause n’ont pas pu être joints par nos confrères d’IDG NS pour commentaire.