Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Sécurisation des systèmes d’information : Le Burkina Faso et la Chine Taïwan se donnent la main

Le chef d’état-major particulier de la Présidence du Faso, le général de brigade Gilbert Diendéré, a présidé, le 1er juillet 2013 à Manga, un séminaire de formation sur le management de la sécurité des systèmes d’information. Cette session a connu la participation d’une dizaine de gestionnaires des systèmes d’information issus du monde militaire, paramilitaire et civil.

L’insécurité informatique et la cybercriminalité sont une réalité au Burkina Faso depuis quelques années. Pire, les systèmes d’information stratégiques du pays ne sont pas suffisamment sécurisés. C’est le constat fait par Younoussa Sanfo, directeur général de la société Intrapole, au cours d’une conférence qu’il a animée dans le cadre de la 6e édition de la Semaine nationale de l’internet, le 15 juin 2010. De son côté, l’Etat burkinabè s’est engagé à relever le défi, avec l’accompagnement des partenaires internationaux. En effet, s’est exprimé le chef d’état-major particulier de la Présidence du Faso, Gilbert Diendéré, cela fait plusieurs années que la coopération taïwanaise accompagne la Présidence du Faso dans la sécurisation information au Burkina. Pour lui, ce séminaire de cinq jours a permis de mettre à disposition un noyau de formateurs nationaux. Car, a expliqué le général Diendéré, ce qui se passe en Europe et aux Etats-Unis doit servir d’exemple pour les pays africains. Assuré par Laurent Marsal, spécialiste en sécurité d’information au cabinet français Fidens, en collaboration avec la société Intrapole, ce séminaire de haut niveau vise la mise en œuvre d’une démarche de gestion des risques et d’un système de management permettant l’amélioration et l’évolution de la sécurité des systèmes d’information face aux nouvelles technologies. Pour le formateur principal, Laurent Masal, ce cours est reconnu au niveau international par la norme ISO 27001. Selon lui, les participants se sont montré très intéressés, par conséquent investis dans tous les modules. Pour le coordonnateur du service de coopération de l’ambassade de Chine Taïwan, Raogo Jyr Geng Wu, son organisme répondra toujours aux sollicitations de la présidence du Faso en matière de sécurité de l’information. D’ailleurs, a annoncé ce diplomate, l’enveloppe financière prévue pour ce volet a été doublée pour plus d’efficacité. Dans son mot de remerciement, le porte-parole des participants, le lieutenant Guy Hervé Yé, directeur de la communication et des relations publiques de la gendarmerie nationale, s’est dit satisfait « Nous venons de nous rendre compte de l’intérêt de la nécessité pour une entreprise, une organisation et surtout certaines administrations de l’Etat de gérer, de façon assez élaborée, les systèmes d’information. Du point de vue pratique, cette session nous permettra de faire plus attention par rapport à l’information que nous manipulons tous les jours », a-t-il relevé. Par ailleurs, il a formulé une recommandation pour l’organisation de sessions de consolidation du noyau formé.

Pour des sessions plus intenses

En réaction à cette doléance, le patron de la sécurité présidentielle a demandé au représentant de l’ambassadeur, la tenue d’une session plus intense et cette fois-ci, en Chine Taïwan. De l’avis du directeur de Intrapole et co-formateur, Younoussa Sanfo, avec l’avènement de l’internet et de la cybercriminalité, la gestion de la sécurité de l’information est devenue très importante pour tous les pays qui devraient s’organiser pour lutter contre les méfaits. « Cela demande un engagement politique, la coopération régionale et internationale dans le respect des législations », a-t-il insisté. Pour ce qui concerne le Burkina Faso, a reconnu cet expert en sécurité informatique, les dispositifs sont en train de se mettre en place et une agence nationale de la sécurité verra bientôt le jour afin de lutter efficacement contre l’insécurité en général. En attendant les résultats de l’examen certifiant auquel ont été soumis les impétrants, ceux-ci ont reçu des attestations de participation.
Selon les formateurs, les résultats devraient être publiés dans un mois par un organisme indépendant basé en France et les lauréats seront soumis à un examen périodique tous les trois ans afin de les maintenir au top.
Créée en 1995 en France et présente dans une vingtaine de pays dont le Burkina Faso, Intrapole est une société spécialisée en sécurité informatique.

Zackaria BAKOUAN source sidwaya