Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

MENACES LIEES AUX NOUVELLES TECHNOLOGIES : Intrapole propose des solutions

ZOODOACTU.Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), font maintenant partie du quotidien des Burkinabè. Les opportunités qu’elles offrent à leurs utilisateurs sont multiples. Cela ne doit pourtant pas faire oublier les nouvelles menaces que ces nouvelles technologies engendrent. D’où la nécessité de trouver des solutions pour y faire face. En la matière, l’entreprise Intrapole, spécialisée en sécurité informatique et en investigation électronique et qui est basée à Ouagadougou peut être d’une grande utilité.


Intrapole qui a pour directeur général Younoussa Sanfo assiste les entreprises qui souhaitent se protéger contre les risques informatiques. L’entreprise intervient aussi dans le domaine de la formation et la sensibilisation sur la sécurité électronique. S’agissant de la protection des données, Intrapole met en place des outils de protection et forme des gens afin qu’ils puissent les utiliser efficacement. Cette formation est d’autant plus importante car selon M. Sanfo, « 70% des problèmes de sécurité proviennent des comportements humains ». S’agissant de l’investigation, l’entreprise intervient en cas de problème pour chercher l’origine des problèmes. Elle agit sur les ordinateurs, logiciels et les réseaux comme fait la police lorsqu’elle est saisie d’un problème. Les domaines touchés par les investigations concernent les attaques sur les réseaux locaux à travers internet, les dénis de services, les connexions Wifi, les courriels, les cybercrimes et les atteintes aux personnes. Intrapole enquête également sur l’espionnage industriel et la pornographie enfantine. Mais si on doit se protéger contre toutes les menaces, certaines requièrent encore plus d’attention.

Les principales menaces à prendre en considération

Il faut le dire tout de suite. Tout le monde n’est pas concerné par les mêmes menaces. La vulnérabilité aussi doit être identifiée et savoir si on est concerné pour pouvoir l’évacuer. C’est après tout cela qu’intervient le choix des dispositifs selon la taille de l’entreprise, ses réalités et les dispositifs qui correspondent à la menace. Pour illustration, une banque peut être la cible d’une attaque de personnes malveillantes qui veulent affaiblir le système informatique et pouvoir faire des opérations indues. Lorsque ce genre d’attaque intervient, il faut se protéger contre l’intrusion et assurer la disponibilité du système. En bref, tous les mécanismes qui permettent au système d’être opérationnels 24h/24 doivent être protégés selon M. Sanfo.

Les dangers liés au téléphone et à l’Internet

Pour le directeur général d’Intrapole, la première chose à faire quand on utilise le téléphone et l’Internet est le bon sens. Il poursuit en disant que c’est souvent nous-mêmes qui donnons notre mot de passe sans le savoir. Comme exemple, quand on veut s’inscrire sur un site, on demande souvent notre adresse mail et le mot de passe. Il s’agit en fait du mot de passe qu’on doit mettre pour accéder au site, mais le plus souvent, les gens pensent qu’il s’agit de leur propre mot de passe de leur boîte mail. Les autres précautions à prendre est d’éviter d’utiliser l’ordinateur de l’hôtel ou se connecter sur internet via le serveur d’un ordinateur. Pour le DG, ces réseaux ne sont pas protégés et il est facile de récupérer les informations qui y circulent.

Des projets pour 2014

Le projet phare d’Intrapole est la mise en place d’un Datacenter sécurisé. Ce dispositif permettra aux clients de pouvoir sauvegarder à distance leurs données importantes en choisissant eux-mêmes ce qu’ils veulent sauvegarder. Il sera mis à la disposition de chaque client un système simplifié pour que la synchronisation avec les serveurs d’Intrapole soit transparente. En plus, toutes les transactions seront cryptées et le client pourra décrypter à l’aide des clés connues de lui seul. Enfin, il pourra, en cas de besoin, récupérer ses données sur les serveurs de l’entreprise sans intervention humaine. Les informations des clients seront hébergées sur le Datacenter réparti sur deux pays européens pour assurer la redondance. Toutes ces nouveautés auront pour rôle d’éviter que le client perde définitivement des données comme c’est le cas régulièrement dans la plupart des entreprises africaines.

FD