Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Blocage de YouTube par la Turquie : « une tentative désespérée et déprimante »

Le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan veut empêcher les internautes turcs d’accéder à l’enregistrement d’une réunion secrète dans laquelle les participants évoquent l’éventualité d’une intervention militaire en Syrie.

Après Twitter, le gouvernement turc a mis sa menace de blocage de YouTube à exécution. Selon la vice-présidente de la Commission européenne Neelie Kroes, cette décision, qui intervient une semaine après le blocage de Twitter, est « une nouvelle tentative désespérée et déprimante » pour verrouiller la liberté d’expression en Turquie. Tout a commencé jeudi après la mise en ligne d’une conversation entre, semble-t-il, le ministre des Affaires étrangères turc, le chef des renseignements et un haut gradé des forces armées concernant une attaque éventuelle ou théorique contre les militants pro-Assad de la Syrie voisine. « Ça ressemble à ce qui s’est passé pour le blocage de Twitter la semaine dernière », a déclaré Doug Madory de Renesys, une société de veille de l’Internet. Celle-ci avait constaté que plusieurs de ses systèmes distants installés dans le pays ne pouvaient plus à accéder à son site Web hébergé par Google plusieurs heures après l’annonce du blocage du site par l’autorité des télécommunications turque.

Bloquer le poil à gratter Twitter

La semaine dernière, Twitter avait été bloqué après la diffusion sur le réseau de micro blogging de liens vers une vidéo accusant le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan de corruption. Les autorités ont commencé par bloquer le DNS, pour empêcher les serveurs de traduire le nom de domaine youtube.com en adresse Internet numérique utilisée par les ordinateurs pour communiquer. Mais les utilisateurs turcs ont compris qu’ils pouvaient contourner ces restrictions DNS en basculant sur le service DNS de Google. D’où la réaction du gouvernement, qui a également voulu en empêcher l’accès.

« Il semble que le gouvernement turc a employé la même méthode pour bloquer YouTube, en plaçant des restrictions sur l’entrée DNS du site », a déclaré Doug Madory de Renesys. « Entre temps, le DNS de Google était à nouveau accessible en Turquie, mais Twitter reste bloqué », a ajouté Doug Madory. Le gouvernement bloque désormais les adresses IP de Twitter, mais les utilisateurs passent par des connexions VPN pour contourner la restriction.

Article de Jean Elyan avec IDG NS