Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Cyber criminalité : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise des gendarmes à Bobo

La Commission de l’informatique et des libertés (CIL) a organisé un séminaire de formation au bénéfice des Stagiaires gendarmes du Centre national de qualification des Sous-officiers de la Gendarmerie nationale (CNQSGN). Avec comme thème « Enjeux de la protection des données personnelles et de la vie privée à l’ère du numérique », ce séminaire a regroupé un peu plus de cinq cent (500) gendarmes dans l’enceinte de l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Bobo-Dioulasso. L’on présente les données personnelles comme toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d’identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres.

Les pensionnaires du Centre national de qualification des Sous-officiers de la Gendarmerie nationale (CNQSGN) étaient en séminaire ce vendredi 30 avril 2015. Organisé par la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), en collaboration avec la Gendarmerie nationale, ce séminaire avait pour thème « Enjeux de la protection des données personnelles et de la vie privée à l’ère du numérique ». Parmi les communicateurs de ce séminaire, Marguerite Ouédraogo, la Présidente de la CIL a eu à présenter la structure qu’elle dirige. Pour elle, former des gendarmes sur la protection des données personnelles les aidera à se prémunir des cybercriminel, mais aussi, et surtout à traquer les criminels qui du net : « En tant que membres des forces de défenses et de sécurité du Burkina Faso, vous êtes autant concernés par la question car à vos actions quotidiennes viennent s’ajouter la lutte contre ces actes des cybercriminels, actes à l’abri desquels vous n’êtes pas vous-même, étant entendu que vous y êtes aussi exposés ».

Pour sa part, le Lieutenant Aimeric E. K Nanéma, le Commandant du CNQSGN dit avoir apprécié l’initiative de la CIL. En tant qu’auxiliaire de justice, les gendarmes doivent pouvoir cerner les enjeux des nouvelles technologies de l’Information et de la communication selon lui. Pour M. Nanéma, l’on devra travailler à ce que tous les acteurs de la sécurité puissent échanger sur la législation en vigueur et en rapport avec la protection des données personnelles : « Pour faire face à cette nouvelle génération de dangers s’attaquant aux données personnelles et à la vie privée des citoyens face au développement du numérique, il devient de nos jours urgent que l’ensemble des acteurs en charge de la sécurité des citoyens puisse échanger sur le cadre juridique mis en place par les pouvoirs publics pour encadrer les traitements de données personnelles et par là même, la vie privée des citoyens »
Pour mener à bien ce séminaire, quatre communications étaient prévus : « Le traitement des données personnelles dans l’enquête judiciaire ; la force probante de la preuve numérique dans l’enquête judiciaire, quels systèmes de protection pour vos données personnelles ; le cadre juridique et institutionnel de la protection des données personnelles au Burkina Faso ».

Ousséni Bancé
Lefaso.net

Source de l’article au complet : http://www.lefaso.net/spip.php?article64543