Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Piratage de masse : Les sites web du gouvernement burkinabè ciblés

Plusieurs sites web du gouvernement burkinabè sont inaccessibles depuis quelques heures. Ils seraient la cible d’une cyberattaque massive toujours en cours. L’alerte a été donnée ce 22 mai 2017 par l’expert en sécurité informatique, Youn Sanfo.

«  Le Burkina Faso n’est pas à l’abri des cyberattaques !!! Un piratage de masse est en cours, il touche les sites web du gouvernement du BF !!! 11 sites sont déjà tombés ! L’attaque est coordonnée par 3 groupes de hackers. L’un des pirates est identifié, c’est un Indonésien de 21 ans, Muhammad Beranda. Plus que jamais, la vigilance est de rigueur.  »

Il s’agit d’un message posté par « Intrapole », l’entreprise IT dirigée par l’expert burkinabè en sécurité informatique. Les sites web de l’ONEF et des ministères de l’agriculture et des mines font partie des victimes, selon Youn Sanfo contacté par Burkina 24.

Des sites web indisponibles.

Un groupe de hackers revendique l’attaque sur le site du ministère des mines. Ce groupe de hackers n’est pas à sa première forfaiture. En mars 2016, plusieurs sites du gouvernement mozambicain ont été attaqués par le même groupe devenu tristement célèbre.

L’informaticien burkinabè propose cependant des solutions allant de la formation des administrateurs à la sécurité des sites web et à la révision de la plate-forme d’hébergement de ces sites et leur protection efficace.

Des sources proches des services techniques du gouvernement ont confirmé l’attaque et le point de la situation est en train d’être fait en vue de prendre des mesures. Selon l’une des sources, les noms de domaines .bf sont les principaux concernés par cette nouvelle attaque.

Quatre administrations non publiques seraient également touchées d’après elle. « Les camarades travaillent dessus. Mais, aucun site de l’administration publique n’est touché pour l’heure. Les attaques, il faut le dire, c’est tous les jours. Il faut travailler à la veille permanente pour une meilleure sécurité informatique« , a-t-elle ajouté.

Noufou KINDO

Burkina 24