Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Alertes Sécurité »

Apple chercherait à étouffer les affaires d’iPod explosifs

Le témoignage d’une jeune anglaise jette le trouble sur la politique d’Apple face aux problèmes de sécurité de ses appareils.

Les affaires d’appareils électroniques qui surchauffent ou qui explosent sont aujourd’hui quasiment monnaie courante. Les problèmes liés aux batteries sont connus et on ne compte plus les rappels massifs de ces éléments par quasiment tous les grands fabricants mondiaux.

La transparence a généralement toujours été de mise dans ces affaires. Mais parfois, certains industriels tentent de passer entre les gouttes. C’est peut-être le cas d’Apple qui on le sait, cherche à éviter les scandales.

Selon le quotidien britannique "The Times", une jeune fille de 11 ans a eu la malheureuse surprise de voir son iPod littéralement exploser. Après avoir d’abord sifflé, de la fumée a commencé à s’échapper du baladeur qui a fini par exploser.

Sifflements

Heureusement, le père qui passait par là s’est emparé de l’appareil avant qu’il n’explose pour le jeter le plus loin possible. L’affaire pourrait s’arrêter là.

Reste que le chef de famille décide de contacter le constructeur (et son service Apple Care), afin d’obtenir des explications et de se faire rembourser. Après moult démarches, Apple accepte. Mais la firme finit par lui envoyer un courrier. Un courrier qui crée le scandale.

En effet, la missive propose d’échanger le silence absolu du père et de sa fille contre une certaine somme d’argent... En acceptant le marché, le père renonçait à toute procédure en justice sous peine d’être poursuivi lui même... Apple tient à éviter les vagues et semble prêt à y mettre le prix.

"Si nous disions quelque chose par inadvertance, n’importe quoi, ils pourraient nous attaquer. J’ai pensé que c’était absolument scandaleux.", explique au quotidien Ken Stanborough, le père qui (drôle de hasard) travaille dans la sécurité informatique.

Et d’insister sur le fait qu’il n’ jamais demandé aucune compensation, mais simplement l’échange ou le remboursement du baladeur. Scandalisé, il prend contact avec la presse...

Cette tentative d’étouffer l’affaire suscite la polémique, et Apple dont l’image de marque haut de gamme est protégée bec et ongles, se retrouve dans une position délicate. D’ailleurs, l’entreprise refuse tout commentaire.

Des précédents au passif d’Apple

Reste que cette histoire provoque une série de questions embarrassantes. Cette pratique est-elle monnaie courante chez Apple ? Visiblement oui puisqu’une journaliste américaine de la chaîne KiroTV a mis la main, après 7 mois d’enquête, sur un document de la Consumer Product Safety Commission (l’agence officielle de sécurité des consommateurs) faisant état de plusieurs tentatives du même genre par Apple.

Pire, selon elle, les avocats d’Apple ont tenté pendant sept mois de lui bloquer l’accès à ces documents en multipliant les recours juridiques.

Surtout, les iPod sont-ils véritablement dangereux ?

Rappelons que le gouvernement japonais a diffusé en 2008 un avertissement officiel contre les iPod, puisque 14 cas d’embrasement ont été signalés.La firme de Cupertino avait alors reconnu la réalité des incidents et avait proposé de remplacer gratuitement les modèles défectueux.

Apple admet que dans "de très rares cas", la batterie de la première génération d’iPod nano, vendue entre septembre 2005 et décembre 2006 peut surchauffer et ainsi provoquer des dégâts.

De même, plusieurs incidents ont été signalés aux Etats-Unis depuis 2005. En mars dernier, une mère de l’Ohio aux États-Unis avait déposé une plainte contre Apple après que l’iPod de son fils ait explosé dans sa poche, entraînant des brûlures sur sa jambe.

Selon la CPSC, le danger vient (encore une fois) des batteries Lithium-Ion qui ont tendance à trop chauffer.

Mais selon Apple, moins de 0,001 % des baladeurs rencontreraient de tels problèmes. Si ces incidents sont aussi marginaux, pourquoi alors chercher à les étouffer ?

Par Olivier Chicheportiche, publié le 4 août 2009 ZDNet France

(Source :zdnet.fr)