Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Encore une panne pour GMail

Sécurité - Le webmail du géant de Mountain View a une nouvelle fois été paralysé pendant plusieurs heures. De quoi remettre en cause le modèle des applications en ligne.

2009 aura été une année noire pour la qualité de service chez Google. Le géant du Web a en effet connu une énième panne ce mardi, son service GMail a été paralysé pendant plusieurs heures.

Le webmail était inaccessible à partir de 22h, heure française suite à une maintenance sur les serveurs. Très vite, la firme a tenu à s’excuser et à donner des explications.

"Je vous présente à tous nos excuses. Hier matin (heure du Pacifique) nous avons mis hors ligne une petite partie des serveurs Gmail pour réaliser une maintenance de routine. Mais nous avons un peu sous-estimé la charge associée à certaines modifications récentes sur les routeurs qui gèrent le trafic Gmail, et qui, ironie du sort, étaient conçues pour améliorer la disponibilité du service.", explique sur son blog le vice-président responsable de l’ingénierie chez Google, Ben Treynor.

SaaS en question

Si les pannes sur le Web sont fréquentes, celles touchant Google ont un impact particulier. Rappelons que le service compte plus de 80 millions d’utilisateurs dans le monde et dans de nombreuses entreprises à travers GoogleApps.

Et dans ce domaine, Google perd en crédibilité. Le groupe cherche en effet à séduire les professionnels avec ses offres sous abonnements (50 dollars par an). Mais la multiplication des pannes risque de refroidir quelque peu cette cible professionnelle.

Environ un million d’entreprises est abonné à Google Apps et l’incident de mardi pourrait semer le doute dans le monde professionnel. Lorsqu’on confie sa messagerie et ses applications bureautiques à un seul prestataire, on peut commencer à se poser des questions quand les pannes se multiplient.

Et c’est même tout le modèle des applications en ligne et du Saas (software as a service) qui est aujourd’hui au centre des interrogations. La fragilité de ces plates-formes a un impact direct sur l’activité des entreprises...

Une longue série noire

Fin février, GMail connaissait son premier incident de l’année. Cet incident a été provoqué par un effet de bord dans les serveurs européens de Google qui a provoqué des incidents en cascade au niveau des datacenters débouchant sur la coupure du service pendant plus de deux heures. Le groupe, après s’être excusé, a annoncé qu’il offrait 15 jours d’abonnement gratuits à ses clients entreprises.

Deux jours plus tard, il lançait Google Apps Status Dashboard, un outil permettant d’observer d’un coup d’oeil l’état de tous les services en ligne de Google et ainsi d’anticiper en cas d’incident, de ralentissement ou de panne.

En mars, les utilisateurs de Google Docs (traitement de texte en ligne) ont eu la mauvaise surprise de voir certains de leurs documents diffusés à leurs contacts. Le problème venait encore une fois de Google.

En mai, Google Search (le moteur de recherche), Gmail, Google News, Google Docs, Google Talk mais aussi Picasaweb sont tombés en panne. Pendant plusieurs dizaines de minutes les pages des services étaient très difficilement accessibles suite à un problème de routage.

Et déjà fin 2008, le service gratuit de messagerie avait connu quelques déboires d’accessibilité avec des temps d’arrêt de 10 à 15 minutes par mois.

Par Olivier Chicheportiche, ZDNet France,publié le 2 septembre 2009

(Source :ZDNet France)