Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Noms de domaine en caractères non romains : une mine d’or pour la cybercriminalité

L’autorisation récente de l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), permettant d’écrire les noms de domaine en caractères non romains dans les adresses Internet dès la 2010, pourrait représenter une opportunité en or pour les cybercriminels, rapporte le Times.

En effet, il est plus difficile de discerner un site légitime d’un site malveillant lorsque les noms de domaines sont écrits dans une langue ou en caractères inconnus de l’internaute, comme le chinois ou le russe, par exemple.

L’utilisation de caractères non romains procurera donc moins d’informations aux internautes pour juger de la crédibilité du site qu’ils désirent visiter ou qu’ils se font proposer via un lien. De cette façon, les internautes pourraient être tentés de cliquer sur des liens infectés, sans même en être conscients du danger qu’ils courent.

Dans ce contexte, les principaux dangers susceptibles d’émerger à la suite de l’internationalisation des noms de domaine sont les attaques par hameçonnage et les pourriels. Ces attaques ont un fort potentiel lucratif (fraude, vol d’identité ou de renseignements personnels) pour les personnes malintentionnées qui en sont à l’origine.

Le problème est tel, que le sujet fait l’objet de sérieuses discussions entre les gouvernements des États-Unis et de la Russie, un pays considéré comme étant l’un des principaux épicentres mondiaux du cybercrime organisé.

Les noms de domaine des grandes marques ou des entreprises seraient les plus à risque d’être utilisé au profit des pirates. Ce risque devrait croître de façon exponentielle dès l’utilisation de caractères non romains, vers la moitié de 2010.

(Source : Times Online)

Par Aude Boivin Filion,mercredi 30 décembre 2009 à 15H15

(Source :Techno Branchez-vous)