Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

De faux antivirus seraient responsables de 15% des malwares

Une augmentation des pubs de faux antivirus sur de nombreux sites à travers la planète Web prouve que les arnaqueurs se tournent de plus en plus vers les médias sociaux.

Ils exploitent donc de faux avis afin de répandre des codes malicieux (malwares) plutôt que l’habituelle infection via des vulnérabilités de logiciels, selon une étude dévoilée par Google plus tôt aujourd’hui.

Ces faux antivirus - des avertissements sous forme de popups destinés à arnaquer les internautes - représentent 15% de tous les malwares détectés par Google sur les sites Web, selon une analyse échelonnée sur 13 mois entre janvier 2009 et février 2010.

Niels Provos, ingénieur informatique principal chez Google, indique qu’il s’agit d’une augmentation par cinq du pourcentage depuis que la compagnie a débuté cette analyse.

D’un autre côté, les arnaques via de faux antivirus représentent la moitié des malwares livrés via les annonces, un problème jugé sérieux pour les sites très achalandés qui comptent sur leurs publicitaires et leurs réseaux d’annonceurs pour distribuer des pubs dépourvues d’infections.

Pour cette étude, Google a analysé 240 millions de pages et découvert plus de 11 000 domaines impliqués dans la distribution de faux antivirus. Les chercheurs ont également noté que ces mêmes distributeurs de malwares demeurent en ligne pour des périodes de temps de plus en plus courtes, notamment face à la technologie Self Browsing de Google, utilisée dans les navigateurs Chrome et Firefox.

« Les sites récents de faux antivirus sont plus évolués et utilisent des scripts Java plus complexes afin de copier l’aspect réel d’une interface Windows. Dans certains cas, le faux antivirus va jusqu’à détecter le système d’opération de la machine visée et ajuste son interface en conséquence. »

Ces faux antivirus représentent de l’argent facilement gagné pour les arnaqueurs, selon Provos.

« Une fois installé chez un usager, [le faux antivirus] est très difficile à désinstaller. Vous ne pouvez pas effectuer de mises à jour Windows ou installer un autre produit antivirus, et il vous faut installer le système d’opération. »

Provos indique que lorsqu’ils aperçoivent un message provenant d’un faux antivirus, les internautes devraient fermer le navigateur et le rouvrir. Les gens trompés par la fausse publicité pourraient nécessiter de l’aide professionnelle pour nettoyer leur ordinateur, ajoute-t-il. Ils devraient également surveiller leurs comptes de cartes de crédit, car les arnaqueurs peuvent utiliser cette information afin de faire de la fraude d’identité.

À lire également :

Des annonces frauduleuses dans FarmTown

McAfee dédommagera les clients victimes du bogue de son antivirus

Faut-il abandonner McAfee ?

Cyberattaques : fréquence et complexité en forte croissance dans le monde

par Martin Morin mardi 27 avril 2010 à 19H46

Source : Techno Branchez-vous