Intrapole
VOUS  TES ICI : Accueil » Intrapole » Actualité »

Le BIOS est mort, vive l’UEFI !

Par Antoine Robin le 06/10/2010 - indexel.net

Après trente ans de bons et loyaux services, le BIOS va être remplacé par l’UEFI, plus souple et plus rapide.

Créé en 1979 par Intel puis standardisé en 1981 par IBM, le BIOS (Basic Input Output System) est un programme de bas niveau qui assure la liaison entre le matériel et le système d’exploitation. Sa version actuelle n’est plus adaptée aux besoins des fabricants d’ordinateurs. Les disques durs de grande capacité sont mal pris en charge et il est difficile de démarrer un système d’exploitation depuis un périphérique amovible. Bref, plus assez souple et trop lent, le BIOS sera bientôt remplacé par son grand frère : l’UEFI (Unified Extensible Firmware Interface). "En 2011, les ventes d’ordinateurs équipés d’UEFI domineront", a expliqué récemment Mark Doran, président de l’UEFI à la BBC.

Plus sophistiqué, et surtout plus souple, l’UEFI joue exactement le même rôle que le BIOS : éviter aux éditeurs de logiciels d’avoir à écrire un système d’exploitation spécifique pour chaque carte mère et chaque composant. Comme pour le BIOS, chaque fabricant de carte mère doit écrire un UEFI qui prend en charge l’ensemble des composants utilisés. En revanche, tous les UEFI proposent exactement la même interface de programmation (API). Grâce à cette démarche, on peut installer un même système d’exploitation sur différentes configurations matérielles.

L’UEFI se distingue surtout du BIOS par sa plus grande flexibilité. Par exemple, il ne précise par sur quel port spécifique un clavier doit être connecté. Il identifie en revanche qu’un périphérique de type clavier peut être connecté. Pour les fabricants de matériel la tâche sera plus facile car l’UEFI est codé en C alors que les BIOS actuels sont développés en assembleur. Ils pourront donc le faire évoluer bien plus rapidement.

Les utilisateurs finaux percevront surtout la rapidité de démarrage de leur PC. "Il faut actuellement jusqu’à 30 secondes avant que le système d’exploitation ne se mette en route. Avec l’UEFI, il ne faudra plus que quelques secondes", promet Mark Doran. Voilà un argument de poids pour faciliter son adoption ! D’ailleurs, tous les grands acteurs du marché s’y convertissent. Après Apple, MSI a annoncé cet été qu’il abandonnait le BIOS. Microsoft supporte UEFI depuis le SP1 de Windows Vista et compte l’intégrer plus profondément au démarrage de Windows.Next pour réduire le temps d’attente.

Source : Indexel